Début 1991 je cherchait du boulot dans la pub. La guerre du golfe aidant, les budgets pub avaient fondus. C'était dur de trouver un premier travail, et je commençais à diversifier mes recherches. Dans le supplément emploi du Figaro je suis tombé sur une annonce de Citroën qui recrutait des vendeurs. 
Après avoir répondu à l'annonce j'ai obtenu un entretien. 
Dans le même Figaro, une société proposait un contrat de qualification en informatique. Je me suis inscrit, et le hasard a fait que les deux entretiens étaient le même jour, à des heures différentes. 
Trois jours avant mes entretiens, la ZX a été lancée à grand renfort de publicité. Je suis allé la voir chez le concessionnaire d'Orange. J'ai récupéré 2 pochettes de pins ZX. 
Le jour des entretiens je suis monté à Paris, rencontrer le recruteur Citroën à la tour Manhattan de La Défense. J'arborait fièrement le pin's ZX. Je pensais naïvement que tout le monde chez Citroën était au courant de l'existence de ces pin's. J'ai même demandé à une secrétaire où est ce que je pouvais en trouver d'autres. Et je me suis rendu compte que c'était le premier pin's ZX qu'ils voyaient. 
Mon entretien chez Citroën n'a pas donné suite, et j'ai signé un contrat avec la société informatique. Et depuis je tape sur un clavier, et je suis resté fidèle à cette société.

Clement, Jean-Jacques (MED)

(cliquez sur l'image pour l'ouvrir)